Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 novembre 2011 2 29 /11 /novembre /2011 10:43

 

Nom latin :

Leuciscus cephalus

 

  LE CHEVESNE   ou   CHEVAINE

 

 

 

 

Famille :

Cyprinidés

Moeurs

Toujours en activité dans les eaux rapides, vif et agile, le chevesne - ou chevaine - montre de l’appétit en toute saison. Et il s’intéresse vraiment à tout ce qui se présente. Sa pêche est des plus agréables...dommage que sa chair ne soit pas à la hauteur !

 

 

 

Les belles prises peuvent dépasser 30 cm de long. Quant aux records, ils atteignent 60 à 80 cm pour 3 kg, voire plus.

Les chevesnes vivent en bandes, souvent nombreuses et en surface, en compagnie d’ablettes et de vandoises. Ils se tiennent sur le qui-vive : toujours à l’affût, mais prêts à fuir à la moindre alerte.

 

Les femelles vivent plus longtemps que les mâles. A âge égal, elles sont plus grosses que leurs compagnons. Malgré le stress du frai, leur croissance demeure plus forte. Lors d’une recherche menée dans la Seine, on a constaté que les plus vieux mâles atteignaient 12 ans et le poids de 1400 g. Les femelles restaient encore nombreuses à vivre jusqu’à 15 ans en atteignant 40 et même 50 cm de long pour 1800 g. Comme pour beaucoup de poissons, les plus belles prises sont donc des femelles.

© R.Swainston/ANIMA.www.anima.net.au

 

Habitat

C’est un poisson qui se plaît surtout en secteurs rapides, depuis les rivières à truite jusqu’aux embouchures. Il est présent à travers toute la France, à l’exception du Finistère. On le trouve quelquefois en lac ou en étang et, dans les pays nordiques, il s’aventure même dans les eaux saumâtres de la Baltique. 2 © Eau & Rivières de Bretagne

 

Régime alimentaire

C’est notre poisson le plus omnivore. Il se nourrit de tout ce qui peut se manger : végétation comme les mousses, débris végétaux et animaux, invertébrés aquatiques variés, insectes ailés aériens ou tombés des berges, graines et fruits en provenance des plantes riveraines, etc. Les plus gros n’hésitent pas à capturer des petits poissons ou même des grenouilles.

 

 

Reproduction

Les femelles atteignent leur maturité sexuelle un an plus tard que les mâles, à l’âge de 3 ou 4 ans.

Lorsque la température de l’eau atteint au moins 15°C, en principe entre avril et juin, les adultes se retrouvent dans des eaux peu profondes et calmes pour frayer. Au cours d’ébats bruyants, chaque femelle pond 100 000 à 200 000 oeufs poisseux qui vont se coller à tous les supports. L’espèce s’hybride parfois avec la vandoise - voire l’ablette - ce qui donne des poissons aux allures intermédiaires pas toujours faciles à identifier.

 

Différencier le chevaine et la vandoise ?

Le chevesne est bien plus trapu que la vandoise. Sa tête et sa bouche sont plus larges. La queue est moins échancrée.

Différence de détails caractéristiques :

la nageoire anale a le bord postérieur convexe au lieu d’être concave. Les écailles sont bordées de sombre, donnant à la robe l’aspect réticulé.

Source: Eaux et rivières de bretagne.

-

chevesne 011

Chevesne du viaur.

 -

Bien "tristounettes " auraient été nos matinées de peche sans la présence du fameux chevesne .

J'ai encore en mémoire les heures de cache cache passées au borde de l 'eau à la recherche du méfiant "cabot" pas toujours disposé à s' emparer de la mouche de maison ou de la verte sauterelle présentées souvent par des mains de débutants .

Parfois , en dépit des erreurs ,un poisson argenté venu de je ne sais ou s'emparait de l 'appat pour notre plus grand plaisir .

Plus tard, pour diverses raisons, ayant délaissé les rivières de plaine ou de plateau pour explorer les rivières de moyenne montagne du Massif Central j 'ai souvent été amené à jurer contre ce poison qui sans vergogne s 'installait dans le domaine préféré de dame truite .

Aujourd' hui , un tout autre état d 'esprit m'amène à penser que ces colères contre ce "blanc " n'étaient guère justifiées car ce poisson offre souvent une défense brève ,mais très intense du moins pour les gros "calibres" .

Longue vie à notre brave "cabot" qui apportera encore beaucoup de plaisir aux "pescofis" actuels et à venir .

Cordialement                      Commentaire de JCC.

-

D'aprés le livre d'ISAAC WALTON "la pêche à la ligne" le chevesne serait délicieux à condition de bien le préparer avant de le cuisiner.

Dans ce livre il décrit la recette à tel point que l'on peut vraiment ce poser des questions, et de croire que ce poisson n'est pas si mauvais à manger.

Un livre extraordinaire que je recommande, un visionnaire de la pêche hors norme, le livre a été écrit au 17ème siècle, il semble parfois avoir été écrit quelques années en arrière, même moins tant l'auteur à une vision de ce que la pratique de la pêche va devenir, un vrai vrai vrai bonheur pour ceux qui aiment lire.

                                              Commentaire d'andré. 

-

 Pour les commentaires ligne juste au dessous .

Partager cet article

Repost 0
Published by viaurpeche
commenter cet article

commentaires

JCC 15/12/2011 22:15


Bonjour ,


Bien "tristounettes " auraient été nos matinées de peche sans la présence du fameux chevesne .


J'ai encore en mémoire les heures de cache cache passées au borde de l 'eau à la recherche du méfiant "cabot" pas toujours disposé à s' emparer de la mouche de maison ou de la verte sauterelle
présentées souvent par des mains de débutants .


Parfois , en dépit des erreurs ,un poisson argenté venu de je ne sais ou s'emparait de l 'appat pour notre plus grand plaisir .


Plus tard, pour diverses raisons, ayant délaissé les rivières de plaine ou de plateau pour explorer les rivières de moyenne montagne du Massif Central j 'ai souvent été amené à jurer contre ce
poison qui sans vergogne s 'installait dans le domaine préféré de dame truite .


Aujourd' hui , un tout autre état d 'esprit m'amène à penser que ces colères contre ce "blanc " n'étaient guère justifiées car ce poisson offre souvent une défense brève ,mais très intense du
moins pour les gros "calibres" .


Longue vie à notre brave "cabot" qui apportera encore beaucoup de plaisir aux "pescofis" actuels et à venir .


Cordialement 


 


 

andré 15/12/2011 21:10


D'aprés le livre d'ISAAC WALTON "la pêche à la ligne" le chevesne serait délicieux à condition de bien le préparer avant de le cuisiner.


Dans ce livre il décrit la recette à tel point que l'on peut vraiment ce poser des questions, et de croire que ce poisson n'est pas si mauvais à manger.


Un livre extraordinaire que je recommande, un visionnaire de la pêche hors norme, le livre a été écrit au 17ème siècle, il semble parfois avoir été écrit quelques années en arrière, même moins
tant l'auteur à une vision de ce que la pratique de la pêche va devenir, un vrai vrai vrai bonheur pour ceux qui aiment lire.

JM 15/12/2011 11:12


Ne serait-ce pas un chevaisne du tarn sur ta photo , ceux du viaur sont différents ,ils ont une écaille de plus au cm;j'attends toujours le report d'olivier de sa peche de samedi ....il va
falloir prendre des sanctions ....


a plus


JM

Présentation

  • : Le blog de viaurpeche par francis crozes
  • Le blog de viaurpeche par francis crozes
  • : Pêche et randonnées. Pêche à la mouche. Pêche aux leurres souples. Randonnées en cerdagne et capcir. Lieux de pêche:l'aveyron,le tarn et les pyrénées.
  • Contact

 logoviaurpêche2

 

    Liste de tous les articles

 

Traduction Viaurpeche en

 enANG  esESP

Recherche Sur Viaurpeche

 

 

Voir le blog Des Cuisines Francis Crozes

logo1 

 

 

Il y a actuellement  

  personne(s) sur viaurpeche


Bienvenue sur le facebook Francis Crozes .

 

Page facebook Vap-phone